Vente d'électricité: «Ottawa met en tutelle Hydro-Québec» selon la bloquiste Monique Pauzé.

Vendredi, 9 février 2018


Dans le dossier de la vente d'électricité à l'étranger et dans la foulée du projet de loi de la ministre Catherine McKenna qui réforme l'évaluation environnementale des projets énergétiques, la députée bloquiste de Repentigny Monique Pauzé dénonce cette prise de contrôle d'un pouvoir provincial par le gouvernement. Elle parle donc ici de fédéralisme "prédateur".

Dans le cadre de cette réforme, le gouvernement Trudeau crée la Régie canadienne de l’énergie, qui aura notamment pour mandat de « régir le marché des produits énergétiques au Canada ». Cette Régie aura le mandat de réglementer les lignes interprovinciales et internationales de distribution d’électricité en étant chargée de l’octroi de permis fédéraux.

En clair, celle-ci croit que le projet de loi de Mme McKenna ferait en sorte de conférer à Ottawa le pouvoir de décider qui peut vendre l'électricité, à qui elle peut être vendue et sous quelles conditions.

La porte-parole en matière d'environnement dénonce aussi le fait qu'Hydro-Québec devrait dorénavant répondre à des conditions du fédéral pour une licence d'exportation et la Société d'État devra d'abord offrir son électricité aux autres provinces avant d'en faire l'exportation.

« Ottawa se donne carrément un droit de veto sur tous les projets de notre société d’État. Il n’est pas question de protection de l’environnement ici, mais bien de fédéralisme prédateur qui cherche à mettre au pas le Québec dans un domaine où nous sommes à l’avant-garde en Amérique du Nord. Nous nous attendons à ce que le Québec se mobilise pour que ce coup de force soit éliminé du projet de loi », a conclu Monique Pauzé.



AUTRES NOUVELLES


Toutes les nouvelles >>



Marie-Josée Demers

lundi, 24 septembre 2018

Geneviève De Sousa

lundi, 10 septembre 2018

Sylvain Morin

lundi, 17 septembre 2018

Ghislain Demers

mardi, 18 septembre 2018